Pourquoi est-il nécessaire de rétablir la confiance au sein des organisations ?


On ne peut résoudre le problème du désengagement et celui de la résistance au changement que si un travail de fond est bien fait autour de la «confiance» entre les collaborateurs en général, et entre le manager et ses derniers en particulier ! La confiance est le ciment de tout type de relation professionnelle (et personnelle), et sans elle, on ne peut vraiment pas aller très loin dans la construction d’une dynamique collaborative.


Simon Sinek, auteur et professeur à l’Université de Columbia, insiste souvent sur le fait que nous ne pouvons pas obtenir un engagement des collaborateurs que si ces derniers se sentent dans un environnement «sécurisant» par rapport aux menaces internes et/ou externes. Il s’agit d’un «cercle de sécurité», selon Simon Sinek, dans lequel chaque membre de l’organisation est prêt à se sacrifier pour la survie de cette dernière. C’est exactement l’exemple des anciennes tribus où chaque membre, à tour de rôle, reste éveillé la nuit pour garder la tribu et alerte les autres en cas d’attaques de bêtes sauvages ou de voleurs. Ce membre s’engage à le faire, et puis les autres dorment tranquillement, car ils savent qu’il y a quelqu’un qui veille sur eux. À tour de rôle, ils passent par le même poste de «garde» pour que la tribu perdure. Sans la confiance qui règne dans ce type d’organisation, la tribu ne pourra pas exister ! Sans cette confiance, chacun se défendra seul dans la jungle et vous imaginez facilement que l’espérance de vie d’individus isolés dans une jungle ne peut être que très courte !


Se sentir en sécurité est clairement un besoin primaire de tout être humain, mais nous avons tendance à ignorer ou parfois à considérer ce besoin sous un angle très réduit quand nous interagissons avec les autres et, surtout, quand il s’agit de leur sécurité et non de la nôtre. Une chose est importante à reconnaître : quand nous parlons de méfiance, il s’agit bien d’un phénomène mondial est non spécifique à un pays, à une organisation, ou à une équipe. Edelman, un cabinet américain de relations publiques, produit chaque année un baromètre de la confiance dont la version 2017 a concerné 33.000 répondants de 28 pays. Selon cette édition, le taux de méfiance vis-à-vis des institutions, en général, est de 52% (Institutions = Gouvernement, Entreprises, Organisations Non gouvernementales, Presse, etc.). Ces chiffres nous interpellent pour appréhender le phénomène de la méfiance, mais ce qui est plus alarmant c'est la